Jeudi 29 janvier 4 29 /01 /Jan 11:56
Bon, j'aurais pu vous parler de Slumdog Millionaire (évidemment je n'allais pas loupé le dernier Danny Boyle), de l'expo Jacques Prévert à la Mairie de Paris (c'est gratuit et très bien fait), de celle sur Rapa Nui, de Irvine Welsh (lequel travaille sur la langue de façon assez ingénieuse, la déformant à volonté pour révéler ce qu'elle est vraiment : un outil usuel quotidien servant à exprimer des émotions et donc ce qui est "vivant"), de la dédicace de Adlard ce PM à Saint-Germain (je n'irai même pas faire dédicacer ma BD "The Walking Dead"), de ma lecture enfin achevée des Bienveillantes de Littell (mon livre en 2008), d'un petit article que je viens de publier dans une revue spécialisée (professionnellement j'entends qd je dis "spécialisée"... l'élève que j'ai suivi en 2007 a profité de la même publication pour diffuser son propre article ; ce dont je suis très heureux !), de mon séjour à Lille pendant les fêtes... de ma fixette sur les kikis en ce moment au détriment de la sodo (moins envie... c'est pê plus un réflexe printanier)...

Bon, cette longue intro résumante des dernières semaines pour dire que j'ai vu "Le Bal des actrices" hier soir. Sans rapport aucun d'ailleurs avec ce qui précède et sans réelle passion pour le film. Non, c'est juste pour avoir de vos nouvelles via les comments ;-).... C'est le 2e film de Maïwenn. J'avais été assez intrigué par "Pardonnez-moi", lequel film déballait face caméra numérique de poche les névroses de Maïwenn (personnage central, actrice centrale et metteuse en scène central). Moi! moi! moi ! Bcp d'égo, un truc à remplir la toile de projection, la salle de cinéma et même le trottoir du ciné ;-) Mais au final, une espèce d'ovni formel "curieux" quand même. Pour tout dire, j'avais presqu'aimé parce qu'intrigué...

"Le Bal des actrices" est malheureusement une espèce de redite de cette première tentative... les névroses, les névroses tjrs les névroses... toujours "je", mais à travers "elles"... avec une espèce de ligne directrice : "je vais mal donc je créé" comme certains sont junky, alcoolos ou hyper addicted au boulot ou au sexe. Selon moi, l'objet formel reste intéressant, mais l'effet de surprise n'opère plus. Du coup, ça peine un peu...

Le meilleur réside en fait dans ce qui est nouveau : les intermèdes musicaux mettant en scène et en voix les actrices (franchement bien réussis) et quelques répliques et situations très très comiques. 

ça c'est fait donc ;-)


Par Altarande - Publié dans : Ciné
Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Lundi 24 novembre 1 24 /11 /Nov 20:54

Par Altarande - Publié dans : Runandfun
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Jeudi 20 novembre 4 20 /11 /Nov 17:16
Par Altarande - Publié dans : Runandfun
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mercredi 19 novembre 3 19 /11 /Nov 18:48
Petite nouvelle qui va ravir les amoureux de la photo (et pas seulement à vrai dire).

Google a monté un partenriat avec le groupe de presse américain Time pour mettre en ligne un fonds représentant 10 millions de photos correspondant aux archives du magazine Life, dont certaines, il faut bien le dire, sont devenues des icônes du XXe siècle. Certains des clichés sont parmi les plus anciens, notamment ceux pris pendant la Civil War américaine durant la décennie 1860. La numérisation et la mise en ligne du fonds Life devraient atteindre 10 millions de photographies dans les prochains mois. Tiens ça me fait penser qu'on attend toujours de voir se concrétiser le projet de moteur de recherche européen, Quaero ;-) Et pendant que j'y suis, je vous conseille également le fonds photographique constitué par le musée d'Orsay à Paris ; un petit joyau.

les photographies du magazine Life sont accessibles pour un usage personnel ou de recherche, mais Time en conserve le copyright et la propriété. 

Lancez une recherche et hop ! C'est accessible ici depuis hier.










Par Altarande - Publié dans : Web
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Lundi 17 novembre 1 17 /11 /Nov 17:18

Quelle queue putain ! Je veux dire quel pied cette queue !

Ça doit se sentir quand j’ai envie de passer en mode passif. Je n’attendais que ça mercredi soir. Un nouvel appart, un nouveau lit, première visite de son nouveau chez lui et hop ! Juste le temps de faire le tour du proprio : « Ah oui j’comprends. Pas mal la vue ! »… « Et tes voisins alors ; tu les entends ? »… « Sympa le balcon »… « T’as vu ta concierge ? »… « Félicitations, la couleur du mur »… « C’est mieux quand même une cuisine dans laquelle on peut manger »… Enfin bon, je suis content pour lui. Mais plus je le regarde et plus je pense à sa queue. Je suis sûr qu’il pense à la même chose. Une envie de baiser qui surgit à chaque fois. 

Puis une heure plus tard… le bruit régulier de la douche dans la pièce voisine fonctionnant comme un métronome efficace. Je me suis dessapé. A poils sur le bord du lit, devant la téloche à portée de main, en train de mater un bout de programme à la con, la tête ailleurs, pour casser le temps, colorier ses minutes inutiles. Inutiles ? En même temps, cet instant qui précède la rencontre de deux corps est ultra dense et ultra chargé je trouve. Chargé d’un max d’excitation et d’une attente forcément démesurée. Put***, il en a mis du temps à sortir de la douche ! Quatre, trois, deux, un… contact…. Délivrance. C’est l’attente qui me détenait. Le reste est libération. D’abord son torse qui vient se coller à moi par derrière… en un éclair la soirée est dite. Déjà pesé, retourné et emballé comme un pain au chocolat entre les mains habiles d’un boulanger… ses lèvres me touchent… sa main passe sur mon côté, descend, empoigne, caresse… son menton glisse sur ma nuque frissonnante. Je vais passer une heure et demi les yeux mi-clos, en hyper ventilation ;-)… Je m’étire comme un chat devant lui… sur le dos, la douceur du lit frais fonctionne comme un aphrodisiaque immédiatement. Je sens ses mains qui tirent mes jambes vers lui, les soulèvent et me collent à lui. Puis sa langue, sa bouche…puis enfin sur lui… je préfère… juste l’envahissement nécessaire, juste l’écartement idéal, juste ce qu’il me faut à ce mercredi soir à cet instant précis. 

« J’ai l’impression que ça t’a plu ; tu devais en avoir besoin ».

Hé ben voilà tout simplement ;-) ;-)

Par Altarande - Publié dans : Au quotidien
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Vendredi 14 novembre 5 14 /11 /Nov 09:52
Par Altarande - Publié dans : Postcard
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Jeudi 13 novembre 4 13 /11 /Nov 09:48
Il y a quelques mois (c'était le 11 mars à 23h55... euh... je suis très précis parce que le reportage d'1'53'' dit par Marion Bernard ce jour-là est encore écoutable sur le site de France Info... je vous recommande sa rubrique journalière d'ailleurs), je suis tombé sur quelques morceaux de musique accrocheurs à la radio. 

Présentation du dernier album d'Adam Green, jeune chanteur New-Yorkais de 27 ans : Sixes and Sevens (2008). Une voix (bien) grave de crooner, et des airs de ballades, presque country, rétros et badins. A s'y méprendre tant la voix d'Adam Grenn, posée sur le son d'une guitare et renforcée par des choeurs, paraît avoir 50 ans. Mais déjà, aussi, un univers musical un peu barré. Idem du côté de ses textes, satiriques et à tiroir, que j'ai fouillés après coup. Pour cet album, influences musicales assez bigarrées (mais comparaison n'est pas raison) allant de Jonathan Richmon, Ben Folds, Ben Kweller, Leonard Cohen, Stephen Malknus, Niel Young et jusqu'à Scott Walker (que j'écoutais alors et euh... que j'écoute tjrs beaucoup ;-).

Friends of Mine, 2003 (deuxième de ses cinq albums sortis à ce jour), présente une facette beaucoup plus rock d'Adam Green qui contraste assez fort avec Sixes and Sevens dont les 20 morceaux sont résolument plus mainstream. Un écart qui m'a laissé un peu intrigué. Bref, assez intéressé et assez charmé par son dernier album pour me décider à aller le voir sur la scène de l'Alhambra près de République, à Paris, lundi soir dernier (il a également fait l'ouverture du Printemps de Bourges 2008).

Comment dire... découvrir Adam Green par Sixes and Sevens (et en rester là), c'est à la fois conclure de façon restrictive sur l'univers de l'artiste, mais peut-être aussi en détenir le meilleur. La découverte sur scène des trois autres opus (des morceaux de Garfield, 2002, Gemstones, 2005 et Jacket full of danger, 2006) confirme une nature beaucoup plus rock du chanteur. A lire deux ou trois choses ici ou là, on apprend qu'il avait apparemment habitué son public à des concerts plutôt acoustiques ces dernières années, le mettant en scène seul, avec sa guitare, de façon plutôt intimiste. Force est de constater que l'ex leader du groupe Moldy Peaches (groupe à la renommée plutôt tardive, auprès d'un public jeune, dûe au fait que certains des morceaux du groupe ont été repris dans la BO du film Juno. Mouais...) a décidé de barrer beaucoup plus rock sur scène en s'équipant de deux guitaristes, d'un batteur et de deux choristes. Résultat, a-t-on pu lire ou écouter récemment, un "freluquet qui fait le mariole" (un peu méchant pour le coup). Cela dit, certes, j'ai eu l'impression qu'il jouait un peu à la vraie "bête de scène" allant jusqu'à je jeter dans et se faire porter par le public (euh... et accessoirement par moi aussi au passage ;-) dans la salle jusqu'à quatre fois (si j'ai bien compté !). Un tout petit peu plus et on serait tenté de penser qu'Adam Green (créateur dixit d'un "mouvement antifolk" en 2000) s'était donné un style ce soir-là : arrivée bondissante sur scène dans un perfecto rouge, très court, ouvert sur un torse de poulet tout plumé et un peu grassouillet ;-), un pantalon très slim, très violet et des chaussures couleur argent.

Alors ? Ben, je ne m'explique toujours pas vraiment l'écart entre le plutôt maîtrisé Sixes and Sevens (que j'ai réécouté en rentrant chez moi) et la prestation scénique du chanteur, honnête mais globalement comme un peu too much de quelque chose (je vous ai mis qqs photos que j'ai prises lundi soir).

A un détail prés quand même qui ne saurait faire l'essentiel, mais tout de même ; sa voix. Une vraie voix de scène (et de bon crooner) qui semble presque ne pas lui appartenir. Encombrante ?

Etonnant et curieux. C'est peut-être ça Adam Green finalement ;-)








Par Altarande - Publié dans : Son
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Mercredi 12 novembre 3 12 /11 /Nov 13:48
Par Altarande - Publié dans : Web
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Jeudi 6 novembre 4 06 /11 /Nov 13:22

A découvrir : Jeremy Jay. Je l'ai vu à "Mains d'oeuvre" en octobre.

Ce morceau est le plus connu des deux albums sortis à ce jour.


Par Altarande - Publié dans : Son
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Mercredi 5 novembre 3 05 /11 /Nov 09:55
De la petite mairie du 3e arrondissement de Paris (conférence sur "la situation politique et sociale actuelles aux Etats-Unis" : voir les enjeux de cette élection de l'intérieur par le prisme économique... intéressant ; une expo photos sur place : "Paysages de campagne 2008" du photographe Jean-Robert Dantou en duplex de Chicago dont le travail consiste à interroger les espaces symboliques où s'exerce le politique, etc.) au très médiatique et décidémment trop bondé Harry's Bar près d'Opéra, une ambiance électrique hier soir déjà... jusqu'à l'attachée à la culture de l'ambassade des Etats-Unis à Paris en tout début de soirée électorale... "je suis diplomate, je suis tenue à la réserve [...] mais je dois dire que Barack Obama est une personne extraordinaire [sous les applaudissements]"...

Le souvenir me revient aussi de ce vieux couples de sexagénaires américains venus de Californie et rencontrés à Lisbonne en décembre 2007, lesquels m'avaient dit que Hilary Clinton était cuite de toute façon et qu'Obama représentait une alternative historique tant pour le camp démocrate que pour le pays. Ils m'avaient éclairé en partie.

Et oui, ils l'ont fait ! Le pragmatisme positif de la démocratie (vivante !) des Etats-Unis a porté au pouvoir un homme noir (métis et non WASP donc) à la Maison Blanche muni d'un vrai "projet" pour son pays (voir discours du 18 mars 2008 sur "La race en Amérique"). A bien des égards, si l'on voulait résumer cet évènement en trois mots : un nouvel Américain. Allez, on peut le dire sans excès et sans trop se tromper ce matin, on a bien l'impression que ce 04 novembre sera forcément une date historique pour des tas de raisons qui tiennent à la fois au temps particulier américain qu'aux temps présents...

Un nouvel Américain pour une nouvelle Amérique ? 

D'abord. Selon moi, transversalement et de manière générale, les raisons de ce geste politique collectif sont aussi à chercher à l'autre bout de la décennie... ce geste est, dans une certaine mesure, la réponse véritable et post-passionnelle du peuple américain à l'hyper traumatisme charnière du 9/11 que la crise économique a comme encore ampifié symboliquement récemment... et de loin en loin, et de façon liée, ce geste consacre la clôture symbolique de la période prospère et puissante de l'après-seconde guerre mondiale pour les Etats-Unis... sentiment d'une Amérique en perte de vitesse, pire en panne, et visiblement moins puissante à peser sur les choses in fine... un sentiment, qui a du peser fort pour qu'ils soient capables de cela... un air de décadence que la faillite du modèle américain sortant (l'histoire retiendra qu'il fut républicain) avait amplement consacré, notamment pendant ces quatre dernières années insupportablement de trop.

Ensuite. Et si, pragmatiquement, le vrai mandat que les Américains avaient confié à ce nouvel homme métis (un Président comme leur nation) était à la fois d'acter le tournant démographique inédit depuis la création des Etats-Unis (oui les Etats-Unis sont devenus une nation-monde multiple) et de faire entrer les Etats-Unis dans le nouveau siècle, espace plus multipolaire dont la puissance (mais aussi la richesse et jusqu'aux valeurs) se déplace de l'Occident vers l'Asie, émergence de la pensée écologique (liées aux données géopolitiques), résurgence des urgences sociales intérieures, etc. ? Quoiqu'on en dise, c'est un évènement majeur en Occident qui vient de s'accomplir.

Bref, tout autant que l'homme, héraut éclairé et intelligent autant qu'instrument d'une prise de conscience et d'une aspiration collective à un changement profond, espérons que cette Amérique post-traumatique est aujourd'hui disposée à se réinventer et - parce que c'est l'Amérique ! - à inspirer le reste du monde.

On souhaite de l'imagination, de la vision, de la raison, du courage et du bon sens politique à ce nouvel Américain ! Vraiment !
 
         


Par Altarande - Publié dans : L'info du jour
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires

Univers...

En ce moment

 
   

Nuage de tags

Adam Green, Aja Alexandre, Abel, Alfonso Cuaron, amour, ami, amant, Amours Suprêmes, Anton Corbijn, Axel Rose, baiser, barras romain, bi, big bang, Brother to dragons, Bug, CAP, cardiofréquencemètre, check-up, Christensen, chueca, cinéma, Coben, coiffeur, Colette, Corse, course à pied, Crève-Coeur, cul, Daniel Darc, Danny Boyle, Darren Aronofsky, David Fincher, Dayton Jonathan, Destricted, Diam's, Bob Dilan, Dehem, Dillon Steve, Dorian Gray, Düne Herman, Thomas Dold, Ennis Garth, Espagne, Eugenio Carlos Garcia, Julien Green, FCM, Feugères de Forges Friedkin, Frédéric Lo, Frères de dragons, Freshnadillo Juan Carlos, Robert kirkman, Mark Frost, fuckfriend, gay, Rick Grimes, Guns N' Roses, hardellet, horreur, Jay Jeremy, jogging, Joy Division, Ian Curtis, kino, La Jetée, Larry Clark, légionnaire, loup, love, Lucas george, David Lynch, Nerval, madrid, Malick Terrence, Malraux André, Chris Marker, Marseille, Maus, métro, Mika, Tony Moore, movie, musculation, New Order, Olympie, Orsay, Osaduik Steve, Ozark Henry, Peneaud François, photographe, polar, Polnareff, Poni Hoax, pouvoir, Preacher, proust, Rick, Rita, Rome, Mitsouko, running, salle, sean ellis, Sénégal, sexe, sex, Shannon, spain, Spiegelman Art, sport, straight, Sultana Jacques, Sunshine, superman, Sybilline, tarahumara, test effort, THX 1138, trainspotting, triathlète, Vélib', Vernier, Vidéo, VO2MAX, triathlète, The Walking Dead, web 2.0, web 3.0, Wilde Oscar, wolf man, Zodiak,

3 infos

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus